Avertir le modérateur

30/08/2010

Cancer du sein : la France peine à réduire la mortalité

En vingt ans, la mortalité n'a diminué que de 11 %, alors qu'elle a chuté de plus de 20 % dans beaucoup de pays européens.
cancer du sein.jpg


Mention très bien pour le Royaume-Uni, «peut mieux faire» pour la France. Les femmes européennes sont loin d'être égales devant le risque de décès par cancers du sein, selon une étude du Centre international de recherche sur le cancer, qui vient d'être publiée sur le site Internet du British Medical Journal. Ces vingt dernières années, la mortalité due à ces tumeurs a diminué dans la majorité des trente pays d'Europe, mais il existe de grandes disparités, constatent les auteurs qui se disent surpris par les résultats décevants de la France, la Suède et la Finlande.

Alors qu'ils ont engagé des moyens importants dans le dépistage et la prise en charge de ces cancers, ces trois pays n'ont enregistré qu'une baisse modeste de la mortalité entre 1989 et 2006 : 11 % en France, 12 % en Finlande et 16 % en Suède. Des scores qui contrastent avec la chute d'au moins 20 % relevée dans 15 des 30 États étudiés. Les taux records ont été obtenus en Islande avec une chute de 45 % sur la même période et de 35 % en Angleterre. Lanterne rouge dans ce domaine à la fin des années 1980 (avec un taux de mortalité de 42 pour 100 000 femmes) le Royaume-Uni a pris depuis le taureau par les cornes, relèvent les auteurs. Au total, seules la Grèce, l'Estonie, la Lettonie et la Roumanie ont enregistré une hausse de cet indicateur.

«Nous avons choisi d'étudier la mortalité car c'est un paramètre qui reflète l'ensemble de la chaîne, depuis la détection de ces cancers jusqu'à l'efficacité des traitements, précise le Dr Philippe Autier, premier auteur de l'article, qui travaille au Centre international de prévention (Lyon). Notre hypothèse de départ était que les pays avec un bon programme de dépistage et un système performant de prise en charge devaient voir leur mortalité diminuer.»

D'où leur étonnement devant les performances mitigées de la France, nation du plan cancer. Selon les données analysées, issues notamment des registres de l'Organisation mondiale de la santé, la mortalité par cancer du sein, n'y a diminué que de 11 % ces deux dernières décennies. Et en 2006, la France est seulement classée en milieu de tableau européen avec un taux de mortalité de 25,6 pour 100 000 femmes. «C'est l'un des pays qui a le meilleur accès aux soins, c'est aussi l'un de ceux où le nombre de mammographies par femme est le plus élevé. Il y a des efforts considérables et le résultat n'est pas à la hauteur», juge Philippe Autier.


Nouvelles molécules

Pour cet épidémiologiste, ce décalage n'est absolument pas une remise en cause de la politique de dépistage. Cette situation complexe relève sans doute de plusieurs facteurs, dont certains ont déjà été pointés par des experts. «Il y a peu d'informations sur les résultats du dépistage en dehors du programme national . Or un tiers à la moitié des femmes ont des mammographies hors de ce cadre, avance le Dr Autier. De même, à part dans les grands centres de traitement, on manque de données précises sur la façon dont les femmes sont prises en charge pour leur cancer.»

Un constat sévère, relativisé par le Dr Martine Le Quellec-Nathan, directrice générale adjointe de l'Institut national du cancer. «Le plan cancer a démarré en 2003 et il est prématuré d'évaluer les effets sur la mortalité», estime-t-elle. Concernant le programme de dépistage organisé, qui a été généralisé en 2004, c'est effectivement le seul qui est bien encadré et peut être correctement évalué, admet la directrice adjointe de l'Inca. «Il est donc important de continuer à augmenter la participation, aujourd'hui de 53,7 %», insiste-t-elle. Quant à l'amélioration de la qualité des soins, c'est aussi, rappelle le Dr Le Quellec-Nathan, une des priorités du plan cancer 2009-2013. Bonne nouvelle, pour l'Inca comme pour les auteurs de l'étude, la baisse de la mortalité par cancer du sein devrait se poursuivre dans les années à venir, où l'on attend aussi l'impact de la dernière génération de molécules.


Par Sandrine Cabut, Figaro 13/08/10

http://www.lefigaro.fr/sante/2010/08/13/01004-20100813ARTFIG00519-cancer-du-sein-la-france-peine-a-reduire-la-mortalite.php

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu