Avertir le modérateur

30/09/2010

Le déni de grossesse


J’ai eu récemment dans mon service de suites de couche une patiente dont on me dit qu’elle est arrivée en accouchant la veille, aux urgences, presque sur le palier.
L’équipe n’avait aucun dossier, rien sur elle ; en fait elle n’avait aucun suivi.
Elle nous a expliqué qu’elle avait découvert sa grossesse tardivement et pensait être à 4mois et demi quand elle a accouché.
Cependant le bébé faisait post terme (peau sèche, poids normal, etc).
Malgré cela, elle n’a fait aucune échographie ni aucune prise de sang.

Déni de grossesse.jpg


En suites de couche, la psychologue est passée la voir et semblait inquiète, pensant que la patiente avait fait un déni de grossesse.
Dans ces situations, l’équipe se doit d’observer le lien mère-enfant pour ne pas que l’enfant soit en danger.

En fait, le déni de grossesse peut être un refus inconscient de la grossesse, le ventre ne grossit pas trop, il y a pas/peu de symptômes de grossesse (nausées, tension mammaire..). Le refus inconscient peut demeurer en refus inconscient du bébé que l’on a mis au monde, et cela peut avoir des conséquences graves : absence de soins ou soins inadaptés, et cela peut aller jusqu’à l’infanticide (cf procès récents)

Mais il se trouve que notre patiente était assez entourée (mère, belle mère…) et s’occupait de son bébé de façon très adaptée. Je l’ai vu répondre à ses pleurs, lui nettoyer son cordon, changer ses couches, poser des questions.
Ce bébé était certes discret, comme dans le ventre, mais un contact réel s’est crée avec sa mère. On peut penser que le fait d’avoir découvert sa grossesse, même tardivement, a été positif pour ce lien mère-enfant.
Comme quoi tout n’est pas tout clair, je ne sais pas si l’on peut dire qu’elle avait fait un vrai déni de grossesse ?

22/09/2010

La préparation à la naissance

La préparation à la naissance

-Elle est considéré par la Sécurité Sociale comme préventive donc c’est remboursé à 100%

-Ce sont en fait 8 séances (parfois regroupées 2séances par 2 séances) proposées par une sage-femme libérale. Mais cela existe aussi à l’hôpital, on dispense en plus des informations sur la maternité et ce qu’il faut apporter (valises) ; et parfois on peut même visiter les locaux !

-On peut commencer vers le 6ème mois

-Cela se fait avec environ 15 patientes (maximum. Souvent moins) (plus ou moins leur conjoint). Souvent il y a moins de monde en libéral et il arrive même que la sage-femme vous prenne en individuel.

-Voici différents types de préparation :
PNP.jpg
a) La Préparation à la Naissance et à la Parentalité (PNP) dite classique. Là, la sage-femme développe le plus souvent ces thèmes :
• La grossesse
• Quand venir à la maternité et comment ? (cf lien)
• Comment gérer ses contractions ?-La respiration-La péridurale
• Les positions d’accouchement-comment accoucher ?
• Les premiers jours
• L’allaitement
• Relaxation (parfois)

b) Yoga

c) Haptonomie: c’est une préparation qui favorise le contact avec les mains, le toucher, l’écoute des réponses du bébé. On fait participer le père, il y a donc une triade mère-père-bébé

d) Sophrologie: c’est une préparation qui favorise la respiration, alliée à de la relaxation

e)Chant prénatal : alliant une variations de sons profonds et une utilisation du diaphragme, donc de respiration.

f) Piscine : les sages-femmes qui le font viennent à la piscine avec vous. Il y a des exercices mais aussi apprentissage de la respiration (grâce à l’eau).



25/08/2010

Comment venir à la maternité?


Comment venir à la maternité ?

-Si vous n’habitez pas trop loin, venez à pied ! Cela fera avancer les choses, rien de tel que le fait de marcher !

-Si vous habitez plus loin, venez :

• en voiture si vous en avez une, ou avec les transports en commun selon l’urgence.
• en taxi si vous n’avez pas de voiture (il arrive que les taxis refusent les femmes enceinte, dans ce cas là, ne dites pas que vous allez à la maternité, dites une adresse toute proche !)
• avec une ambulance
• appelez les pompiers (18) ou le Samu (15) seulement si vous sentez que le travail est très avancé et que ça pousse. Ce sont des services de grande urgence et il est inutile de les mobiliser quand d’autres en ont peut être plus besoin.

femme_enceinte_a_bord.jpg

10/08/2010

Pudeur

Etre à l’hôpital, c’est déjà quelque chose. Se faire papouiller un bout de bras, de pied, de nez, c’est aussi quelque chose. En effet, notre chair, notre corps est remis à l’équipe médicale. A la maternité, ce n’est pas un bout de membre qui est analysé et traité, c’est la partie la plus secrète de la personne, sa plus grande nudité : son intimité sexuelle. De plus, elle est mise en lumière sous un scialytique car c’est par là que tout passe, si je puis dire : la vie, l’enfant qui arrive, passe par cette zone, qui est souvent très taboue. Cette partie secrète que l’on ne dévoile qu’à très peu de personnes côtoie le domaine du sacré. Comment faire alors pour ne pas brusquer ces mères ?

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu