Avertir le modérateur

05/05/2010

Regroupement des maternités

 

(Voir à la fin de la vidéo pour les maternités)



 

04/05/2010

La place du père en salle de naissance

 

Récemment, lors de l’une de mes gardes de nuit en salle de naissances, je reçois en salle d’urgences une patiente qui va accoucher. Elle est au tout début du travail mais c’est son troisième enfant, et je pense que ça peut aller vite.

 

Le père, après avoir garé la voiture, nous rejoint. Notre première rencontre est polie, courtoise, mais l’homme ne semble pas très ému, pas très chaleureux.

 

Lors du contrôle monitoring (rythme cardiaque fœtal ou RCF), il ya une anomalie, isolée, certes, mais qui nécessite que je contrôle ce RCF. Je décide de surveiller ma patiente en salle de naissance (plus sécure que la salle des urgences). Le père, légitimement, pose alors des questions sur cette anomalie : je le rassure en lui disant qu’elle est isolée, mais que cela nécessite que je dirige ce travail qui commence, pour éviter que cela ne devienne néfaste pour son enfant si cela se répète. Une sorte de principe de précaution.

La patiente est confiante, souriante, agréable. Le mari semble plutôt froid, physiquement et verbalement. J’essaie donc de le mettre en confiance, de voir ce qui ne va pas. 

 

« Alors, monsieur, vous êtes content ? Cela commence à se préciser ! 

-Moui…

-Dites moi, avez-vous apprécié les précédentes naissances ?

-Oui oui.

- Racontez-moi un peu !

-Et bien… J’étais heureux de rencontrer mes enfants, mais… L’accouchement… quelle boucherie !

-Comment voulez vous faire pour celui-ci ?

-Peu importe »  Le regard est fuyant, et quand je réussis à le capter, c’est un regard noir.

 

C’est la première fois que cela arrive, mais je ne me sens pas à l’aise en sa présence.

292565strip_100.jpg

Je profite d’être seule avec ma patiente pour lui demander ce qu’on pourrait faire pour le mettre à l’aise : le faire participer ou pas ? Elle ne sait pas.

 

Je décide donc de le faire participer : le  RCF étant difficile à capter, je lui propose de m’aider en le tenant : raté, il fixe sont attention sur le rythme de son bébé et m’appelle à chaque fois qu’il a un doute…(alors qu’il n’y a pas de risque, nous avons une centrale qui retranscrit en direct les RCF). Je sens que cela l’angoisse plus qu’autre chose, donc lui donne pour mission d’aller chercher de l’eau pour sa femme, etc. Finalement, il rentre dormir. Il revient quelques heures après.  Je pensais que d’être parti et d’avoir dormi un peu lui aurait fait du bien. En me voyant avec quelques taches de sang sur ma blouse (car entre temps, une 9ème pare -femme dont c’est le 9ème enfant- est arrivée et m’a littéralement accouché dessus !), il me dit « tiens, voilà la bouchère ! » J’apprécie moyennement, mais mets ça sur le compte de ses angoisses.

 

Et ça a duré comme ça encore quelques heures, son stress palpable ne m’aidant pas vraiment à travailler ! Quelle tension dans cette chambre !  Patiente, je me suis dit que c’est lui qui n’était pas serein. Et pourtant j’avais plusieurs fois essayé de le mettre à l’aise! Ce n’est pas dans mes habitudes d’ignorer les pères en maternité !

 

Et j’avais visé juste, l’homme fut littéralement transfiguré après la naissance de son enfant : d’agressif  il est passé à bienveillant ; de fermé il est passé à accueillant ; d’irrespectueux il est passé à reconnaissant.

 

Pères, faites nous confiance et exprimez vos appréhensions, cela ne pourra que faciliter ce moment fort qu’est la naissance d’un enfant !!

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu