Avertir le modérateur

11/11/2010

Le Bisphénol A de nouveau sur la sellette

Déjà interdit dans les biberons,le bisphénol A pourrait altérer la fertilité masculine, selon une étude sino-américaine.
Ce composé présent dans des contenants alimentaires et de boissons appauvrirait le sperme, selon une étude américaine. Des travaux français suggèrent aussi qu'il peut traverser la peau.

Un mois à peine après un avis plutôt rassurant de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur le bisphénol A (BPA), deux nouvelles études soulèvent à nouveau des doutes quant à l'innocuité de ce composé chimique déjà interdit dans les biberons. Ce constituant de plastiques et de résines, présent dans de nombreux contenants alimentaires et de boissons, avait déjà été accusé de favoriser des troubles sexuels masculins, baisse de libido voire impuissance, par un épidémiologiste américain. Ce même scientifique, le Dr De-Kun Li, de l'Institut de recherche californien Kaiser, affirme aujourd'hui qu'il peut altérer la concentration et la qualité du sperme.

En collaboration avec des chercheurs chinois, il a suivi pendant cinq ans une cohorte de 500 ouvriers d'usine, dont certains étaient exposés professionnellement au bisphénol A. Parmi eux, 218 ont subi des examens d'urine et de sperme. Les résultats de cette étude, récemment publiés dans Fertility and Sterility, sont troublants. Les hommes ayant un taux détectable de BPA dans l'urine ont un risque trois fois plus élevé que ceux qui n'en excrètent pas de présenter une diminution de concentration du sperme et une baisse de vitalité des spermatozoïdes. «Le même type d'association dose-effet a été observé chez des hommes ayant une exposition uniquement environnementale au BPA à des niveaux comparables à celui de la population générale aux États-Unis», précise le Dr Li.


Contaminés par voie cutanée

Parallèlement, une équipe française de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) de Toulouse, en collaboration avec le laboratoire Pierre Fabre, vient de démontrer que le BPA peut aussi pénétrer dans l'organisme par la peau. Leurs travaux, publiés dans la revue Chemosphere, ont été menés d'abord sur des fragments d'oreille de porc cultivés en laboratoire, puis sur un modèle comparable de peau humaine. Environ deux tiers du BPA déposé en surface a traversé la barrière cutanée.

Associées au fait qu'une contamination alimentaire ne peut expliquer à elle seule les taux de BPA retrouvés chez certaines personnes, ces nouvelles données «suggèrent fortement que cette molécule est capable de pénétrer dans l'organisme à travers la peau humaine», concluent les chercheurs. Récemment, une étude américaine avait relevé des taux élevés de BPA dans l'organisme de personnes en contact régulier avec des tickets de caisse ou des reçus de carte de crédit. Ces «papiers thermiques» contiennent en effet du bisphénol sous forme libre.
Par Sandrine Cabutbib.jpg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu